Jau Dignac et Loirac

_DSC0050.jpg

Bordant l'estuaire de la Gironde sur sa rive gauche, le Médoc compte de nombreuses appellations qui contribuent chaque jour à la notoriété de la région et du vignoble bordelais. Du Nord au Sud, on y trouve Saint Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Listrac, Moulis et Margaux. Le village de Jau Dignac et Loirac est située dans le Nord Médoc, la plus au nord après St Vivien de Médoc.

 

La commune de Jovis pour les romains se compose de trois paroisses distinctes, qui se réunissent en 1851. Trois petites communes regroupées depuis un siècle et demi, entre estuaire et océan. Autrefois, îles entourées d’eau, on ne s'y déplaçait qu’en gabarre. Ses marais asséchés par les Hollandais au XVIIe siècle, bordés de tamaris, nourrissent la faune, les élevages et produisent des céréales. Tandis que sur ses buttes de grave, un vin généreux y est produit, par une vingtaine de propriétés Jovisiennes d’appellation Médoc (AOC).

L'un des sites le plus remarquable de la commune est le Phare de Richard. Sa tour repose sur des de solides fondations en pierre. Son fût, légèrement tronconique, est couronné par une plate-forme de 3,40 mètres de diamètre fermé par un garde-corps ; le tout est coiffé d’une lanterne. A l’intérieur, l'escalier à vis se déroule avec 63 marches vers le sommet. En bas de la tour se situe le logement du gardien ; cet espace a été modifié au fil du temps pour permettre d'accueillir aujourd’hui le musée du Phare.

 

Parmi de nombreuses hypothèses concernant l’origine de l'appellation Richard, il y avait un pêcheur à gord qui se nommait Pierre RICHARD, son surnom était Montchie et il possédait le 16ème gord. C'est au niveau de ce gord qu'avait poussé une bel arbre qui servait de repère aux marins. C'est ainsi qu'il a été baptisé comme étant "l'Arbre de Richard".